┤This is not Home├ by Benoit Aubard

BenoitAubardInvitation (1)

 

Opening 02.06.16 > 18h

Show 03.06.16 > 12.06.16

Curating Sasha Pevak

 

Press Release

La galerie nivet-carzon est manifestement le lieu où l’urbain est en tension avec le personnel. Donnant sur une ruelle du Marais, elle est percée par les regards des passants, et le plus intime ici se dénude devant leurs yeux. En réaction à cela, l’artiste Benoît Aubard réalise l’installation This Is Not Home. Derrière les fenêtres occultées de la galerie, on s’attendra à trouver refuge : « Cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira ». Pourtant, une fois rentré, on prend conscience que ce refuge est lui-même à l’abandon, ou bien, que l’on s’est trompé de porte : personne n’est là pour nous bénir, ni pour alimenter les flammes – il n’y reste que solitude.

Dans sa pratique plastique et poétique, Benoît Aubard est attiré par les graffitis, les affiches publicitaires, les slogans et les textes signalétiques. Il voit chaque jour comme une nouvelle combinaison de phrases qui se crée.

Time To Believe

No War To Fight

No One To Save 

 

​On croit avoir lu ou entendu ces textes un jour, quelque part… Cependant, ils appartiennent à Benoît Aubard. La technique du cut-up1 devient pour lui un outil d’écriture de textes teintés de poésie mélancolique et sombre. Ces phrases viennent se fixer sur des objets déjà fabriqués, des objets de la rue notament, ayant des qualités plastiques et esthétiques originelles.

L’installation This Is Not Home investit tant l’intérieur que la façade de la galerie. Si ce n’est pas une maison, comme le suggère le titre, de quel lieu s’agit-il ? C’est à la fois un local abandonné, une église, un cimetière, le paradis et l’enfer, mais avant tout un espace métaphorique hanté par des fantômes, des peurs et des désespoirs, provenant de l’imaginaire de Benoît Aubard. Ici, nous sommes confrontés aux questions existentielles de la solitude, de la vie et de la mort, du dernier refuge… Dans cette
« maison » tournée de la rue vers l’intérieur, et puis dans le sens contraire, à travers un voile de journaux – une séparation fragile et presque transparente – le sacré et le personnel font leur apparition au monde. Ils s’articulent dans un langage dépersonnalisé et désabusé ; à travers les artefacts de la rue, distants, bruts, ils trouvent leur essence. 

Sasha Pevak

1 Le cut-up est une technique littéraire née dans le milieu alternatif dans les années 1960. Elle consiste à découper aléatoirement un texte en fragments pour ensuite les réarranger et produire un nouveau texte. 

:::

Benoît Aubard est né en 1990. Il vit et travaille à Paris.

 

 

 



Les commentaires sont fermés.