┤Phase├ by Leo PAOLETTI

 

Leo Paoletti

Leo Paoletti

 

Opening 09.01.14 – 18.00h

 

Show 10.01.14>25.01.14

Comment se positionner face à ses souvenirs ? C’est la question posée par Leo Paoletti à l’occasion de sa première exposition, Phase, présentée à la galerie Nivet Carzon inaugurant le label curatorial LIVER POOL.

Né en 1988, Leo Paoletti – alias Leo Virgile  – étudie d’abord l’histoire des musiques électroniques au conservatoire de Chalon sur Saône, puis il intègre la classe de composition électroacoustique au conservatoire de Pantin en 2012.  Le jeune compositeur rencontre très tôt un franc succès au sein du monde de l’électronique expérimentale. Dès lors L’electronica, le glitch et le downtempo sont pour lui les outils d’une réarticulation des codes de la musique ambiante, mais sa recherche, davantage tournée vers la plasticité de la matière sonore, tend à annuler toute séparation entre le monde de l’ouïe et celui de la vision.

Profondeur, couleur, forme, contour, relief et mouvement se réfèrent à la fois au vocabulaire sonore et à celui de l’image.

Ce sont autant de points qui permettent à l’artiste d’organiser une certaine polarité dans un espace enveloppant les phénomènes d’une géométrie instable.
Son écriture expérimente les médiums du son, les moyens de sa fixation et la spatialisation des masses dans l’espace, tandis que ses compositions mélangent les  « matières premières » du passé aux sonorités contemporaines. Cette approche hantologique résiduelle, brasse les réminiscences déformées des musiques qui se répétaient à l’infinie dans les postes de télé et offre la liberté aux spectres d’hier de s’exprimer à travers des créations de notre temps.

L’exposition met en résonance des matériaux visuels, des supports et des objets sonores issus de la performance inaugurale, qui témoignent tous d’une recherche d’un geste poétique concentré : une seule image, résidu. Ainsi émerge une constellation mouvante de phénomènes dispersés venant former le spectre d’un paysage mnémonique.

Liver Pool

 



Les commentaires sont fermés.